Lutter contre la renouée du Japon

Les tiges feuillées de la Renouée du Japon suivent une ligne en zig-zag
cliquez pour agrandir l'image Renouée du Japon

Aucune technique ne donne, à elle seule, de résultats concluants ou alors fait appel à des moyens physiques et économiques trop lourds.

L’élimination totale de cette plante exotique envahissante paraît aujourd’hui illusoire.

L’objectif est donc de limiter son expansion par des mesures préventives et de l’éliminer dans les zones où son implantation est encore réduite.

Les techniques préventives

Elles regroupent toutes les mesures permettant d'éviter la dispersion volontaire ou involontaire de la plante, ou d'éviter son implantation sur un site (destruction précoce de la plante avant que celle-ci s'enracine).

Les techniques éradicatrices mécaniques

La plante est très difficile à éradiquer, notamment en période végétative, car elle est capable de réparer très rapidement (en quelques jours) ses tissus endommagés. S'attaquer à la partie aérienne de la plante (tiges et feuilles) n'empêche pas la survie de la partie vivace enterrée dans le sol. De plus, les fauches peuvent favoriser la dispersion de la plante puisque les tiges coupées se bouturent très facilement.

Cependant, des fauches répétées et soignées permettent de réduire nettement la vitalité des massifs.
Le bâchage peut être efficace aussi dans certaines conditions. L'extraction des rhizomes est très fastidieuse et illusoire, car leur densité dans le sol est très importante. De plus, il suffit d'un fragment de rhizome portant un bourgeon pour régénérer la plante.
Il n'existe pas encore de moyens mécaniques totalement efficaces pour éradiquer la plante.

Les produits chimiques

L'utilisation de produits chimiques est déconseillée en raison du risque fort de pollution qu’ils font peser sur la qualité des eaux. Leur application doit être rigoureuse (respect de conditions strictes d'application, suivi sur plusieurs années) et est interdite à proximité des cours d'eau ou des zones humides.
Cette technique, pratiquée en complément de la fauche, s’avère efficace à court terme seulement. Si la partie aérienne devient de plus en plus chétive, les rhizomes entrent en fait en dormance et peuvent persister ainsi pendant une vingtaine d’années, jusqu’à se développer de nouveau avec vigueur.

Les techniques compensatoires

Elles regroupent toutes les mesures visant à compenser les impacts de la plante, comme les plantations, semis et fauches pluriannuelles, afin de permettre à d'autres plantes de se développer.
Les fauches présentent toutefois le risque de propager la plante sur d'autres sites, par l'intermédiaire de tiges coupées qui se bouturent très facilement.

ImprimerObtenir la version pdf de la pagePlan du siteAugmenter la taille de caractèreDiminuer la taille de caractère
Site officiel du contrat de rivière transfrontalier de L'Allaine
partenaires Ministère Ecologie et Développement Durable Office de l'Environnement de la république et Canton du Jura Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse Communauté de communes du Sud Territoire Conseil Régional de Franche-Comté: Direction des Ressources Agricoles Conseil génnéral du territoire de Belfort Contrat de rivière transfrontalier Allaine République française Confédération suisse